Les contes de fées ne demandent qu'à être écrits ~
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Kurokami
The Necromancer of Darkness
avatar

Date d'inscription : 07/12/2013
Messages : 39
Jewels : 0
Affiliation : Solitaire
Rang : simple mage de passage

Fiche mage
Niveau: 9
Expérience:
167/1100  (167/1100)
Magie: Nécromancie

MessageSujet: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Sam 4 Jan - 22:42

Je crois que je fais partie de ce genre de personne qui n'aime pas bouger et voyager. C'est se fatiguer pour rien, perdre de l'énergie à ne rien faire, bref, une source d'ennuis. Mais il a des gens qui meurent à force de ne rien faire, c'est pour cela que je fais l'effort de sortir de chez moi, même si c'est chiant et même si ça me gonfle au plus au point. Me dégourdir les jambes n'est pas ce que je préfère, c'est vrai, je préférerais rester dormir au fond de mon lit, sous l'innombrable épaisseur de couvertures, au chaud et à l'abri. Dormir jusqu'à midi est ma grande spécialité, et j'ai tendance à ne pas faire d'effort pour me lever plus tôt. Alors expliquez-moi POURQUOI avais-je accepté la proposition de cette idiote de Kyuketsuki pour partir en mission ? Hein, pourquoi ?

Plus tôt dans la journée:

-Alice, Alice !

Je me retournai vers Kyu qui était entrée dans la chambre sans frapper à la porte, une de ses mauvaises habitudes. Bah, je commence à avoir l'habitude. Je soutiens son regard avec un petit air hautain, puis lui répond d'une voix légèrement maussade que j'avais l'habitude de prendre avec n'importe qui.

-Oui ? Un problème ? Que me vaut ce dérangement ?

Je n'étais pas un exemple de délicatesse, vous l'aurez compris. Kyu fit une moue agacée, puis me tendit une feuille un peu jaunie, avec des écritures dessus et un dessin fait rapidement. L'auteur devrait s'appliquer si vous voulez mon avis. bref toujours est-il que la blanche continuait de me tendre la feuille avec insistance. Que voulait-elle ? Que je jette ce papier ? Avez plaisir ! Que je le lise ? Pourquoi donc, j'ai autre chose à faire... Je tournai la tête vers la fenêtre avec un long soupir. Le printemps est bientôt de retour, courage, le froid va vite s'en aller. Ou pas... La neige tient bien à terre, elle ne fond toujours pas. C'est frustrant. Cependant, un rayon de soleil timide traversait la vitre pour éclairer la feuille sur laquelle j'écrivais depuis une bonne demi-heure. Kyu eut alors la mauvaise idée de la prendre et de la lire avec un petit rire moqueur.

-Tu es en train d'inventer un nouveau golem ? Tu en as déjà marre de moi, c'est ça ?

Comment dire, ma petite... Oui, c'est exactement ça ! Non, en fait, le problème, c'est...

- Akuma est trop puissante, impossible de l'invoquer sans tomber dans les pommes. Il faut que j'en invente une autre un peu moins puissante en attendant de m'améliorer.

L'alcoolique hocha la tête lentement puis me rendit la feuille, avec l'autre qu'elle me tendait depuis toue à l'heure. Curieuse, je ne pu m'empêcher de la lire. Une mission, voyez-vous ça...

-Pourquoi une mission ?

J'étais méfiante. Quand Kyu faisait ce genre de sourire angélique, c'est mauvais signe. Vraiment très mauvais signe. Je lui rendis sa feuille puis me mis à râler, par habitude peut être, je n'en rien. Puis je me levai brusquement pour me planter face à mon Golem. Ses yeux roses brillaient d'excitation. Mauvais signe je vous dis, faut que je me méfie.

- Oshibana... Tu sais que le train coûte hyper cher ? Puis le théâtre, ce n'est pas pour moi.

Elle eut l'air déçu un moment, puis releva la tête et me prit par les épaules pour serrer de plus en plus fort jusqu'à ce que je mette à crier de douleur. Elle allait me relâcher... Avant que je lui mette un coup de pied en plein ventre. Elle l'avait cherché de toue façon.  

-Alice... Tu as besoin d'argent, n'est-ce pas ? Alors fait donc cette stupide mission, regarde, elle rapporte beaucoup !

J'avais envie de hurler, de la tuer, de la torturer. Bref, je me sentais donc obligée de le faire. Je me dirigeai vers mon armoire, y pris un nombre effrayant de vêtements pour moi et pour Kyu, puis je pris de l'argent pour le voyage. Et sans oublier la feuille. Il me semble que c'était bon. Enfin, ce n'était qu'une impression, n'est ce pas ? Sans compter sur l'autre idiote qui sautait de joie. On aurait dit une gamine de trois ans. Effrayant. Toujours est-il que nous nous retrouvâmes en seulement cinq minutes à la gare, comme par miracle alors que nous aurions mis trente minutes en temps normal. Enfin bon, ne pas s'inquiéter est une règle primordiale chez moi. Je filai prendre un billet de train tandis que Kyu m'attendait sur le quai avec les bagages. Comme par hasard, lorsque je revins, je la vis en train de draguer un petit groupe de mec qui semblait apprécier la conversation. Les premières minutes, je n'osai pas aller voir Kyuketsuki, mais lorsque je compris que le train allait bientôt partir, je pris mes bagages et ceux de Kyu tout en trainant cette dernière par le bras. Pas pratique.

Une heure plus tard

La gare d'Oshibana était certes jolie, mais pas de quoi en faire un plat. En revanche, Kyu s'émerveillait de tout ce qu'elle voyait, à commencer par les gens, enfin, surtout les hommes. C'est l'incarnation de la luxure ma parole ! Elle me fait peur par moments. Enfin bon, direction le théâtre. Le bâtiment était comme la gare, banale quoi... un petit homme était là, attendant je ne sais quoi. Puis lorsqu'il nous vit, il se dirigea vers nous, avec un sourire idiot collé aux lèvres, puis il prit la parole.

-Merci d'être venue ! Vous êtes là pour la mission je suppose ?

Bah évidemment, je ne suis pas là pour m'amuser. Je posai mes affaires par terre puis lança un regard vers Kyu qui fixait le nain avec TROP d'insistance.

-En effet.

-Eh bien, heu, pour tout vous dire, ma troupe m'a lâché peu avant votre arrivée et ma femme m'a quitté et...

Je le coupai net dans sa phrase.

-oui, bon, passons les détails, que dois-je faire exactement ?

-Monter une troupe de théâtre et jouer la pièce que j'avais prévue. Merci beaucoup.

Gros blanc. J'avais mal compris. Je le questionnais furieuse. Non, je ne voulais pas faire cette pièce seule, avec l'autre folle. Impossible. Sauf que le nain refusait de me laisser partir sous prétexte qu'un autre mage allait arriver dans peu de temps et que je pouvais attendre dans le salon principal du bâtiment. Il ose séquestrer d'innocentes jeunes filles ? c'est un crime. Bref, j'attendais sur un fauteuil dans le salon et attendais avec une rare mauvaise humeur Kyu qui était partie explorer les locaux. Mais au bout de vingt minutes, je descendit au rez de chaussé et me dirigeai vers les loges. Et là, qui je trouvais ? Une Kyu qui était de rouler une sacrée pelle à un mec aux cheveux rouges tout en essayant de le déshabiller. Gros blanc numéro 2...

-Kyuuu, je vais te TUER !

Et je ne put m'empêcher de leur donner un coup de pied magistral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Kirigaya
Nouvelle recrue
avatar

Date d'inscription : 04/11/2013
Messages : 17
Jewels : 1000
Affiliation : Mage Solitaire
Rang : Pas de rang pour le moment ~

Fiche mage
Niveau: 10
Expérience:
0/1300  (0/1300)
Magie:

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Dim 5 Jan - 14:21

C'était un jour d'hiver, et Kazuto adorait l'hiver. Pourquoi ? La réponse était simple. Il faisait froid, et justement le rouge ne le craignait pas, ce qui fait qu'il pouvait rester dans sa tenue habituelle. En plus, c'était la saison ou le plus souvent, les gens demandaient de l'aide, allez savoir pourquoi. Et qui dit aide dit missions, et qui dit missions dit argent, et qui dit argent dit appât a Kazu, littéralement. Comme pendant chaque hiver, il passait beaucoup de temps dans les tavernes a chercher les missions qui lui rapporteraient le plus d'argent car, il n'en a pas l'air mais Kazuto vit dans une maison assez cossue il faut le dire, car son boulot de mercenaire lui rapportait bien. Bref, je disais. Kazuto était, comme a son habitude, en train de squatter une taverne, cherchant une mission rapportant bien.

Mais, malheureusement, aujourd'hui le tableau était rempli que de missions qui rapportaient peu... Mais, c'est en fouillant bien que le mage trouva une mission rapportant beaucoup. Certes, le papier était dans un état assez dérisoire, jauni, et le dessin fort mal dessiné, preuve que le commanditaire n'était pas doué en dessin, mais avec une récompense aussi élevée, comment s'en priver ? La mission consistait a faire une pièce de théâtre, et apparemment il n'allait pas être seul... Qui sait, peut-être qu'il allait faire sa mission avec une connaissance ? Il est vrai que le monde est tellement petit... Maintenant, le lieu de la mission: Oshiana. Il était vrai que ce n'était pas la porte d'a côté, lui qui était dans l'ouest de Fiore... Mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter, surtout pour de l'argent !

Kazuto se rendit donc a la gare la plus proche de là ou il était. Bon, il est vrai que comme la ville était assez en bazar a cause d'une foire d'hiver ou on ne sait quoi, le mage mit plus longtemps que d'habitude a aller a la gare, ce qui lui valut de limite rater son train. Heureusement que la gare n'était pas si bondée que ça... C'est une fois dans le train que le rouge pensa a quelque chose: le trajet allait surement être assez long et il allait surement s'ennuyer... C'est après avoir regardé le paysage dehors une petite demi-heure qu'il décida de bouger un peu dans le train. Trouver un passe-temps n'allait pas le tuer, si ? C'est après un déjeuner au wagon-restaurant que Kazuto trouva un wagon rempli de personnes en train de jouer aux cartes ou faisant diverses activités. Il décida donc d'aller rejoindre un groupe de petits vieux en train de jouer a la belote. C'était pas très passionnant mais c'était surement mieux que rien, hein ?

C'est après un long trajet de quatre heures, riches en ennui il faut le dire, que le train arriva a la gare d'Oshibana. Maintenant, direction le théâtre ! Et bien évidemment, doué comme il est, Kazuto réussit a se paumer dans la gare, prenant les sanitaires pour la porte de sortie... Bref, c'est après être finalement sorti de la gare que le rouge se dirigea en direction du théâtre. Une fois a l'intérieur, il rencontra enfin le commanditaire de la mission. C'était un nain. Enfin, non, pas ces petites personnes qui travaillent a la mine et tout, une personne de petite taille, et qui avait des airs de... Dépressif ?

- Merci d'être venu ! Je suppose que vous êtes l' autre mage venu pour la mission non ?

Il avait bien envie de sortir une grosse ânerie mais il fallait rester sérieux, faire le guignol serait surement une mauvaise idée. Il était donc arrivé en dernier ? Soit.

- Oui, c'est bien moi, je suis venu pour la pièce de théâtre si je ne me trompe pas ?

- Je dois tout vous dire... Avant mon arrivée, ma troupe m'a lâchée et en plus, ma femme m'a quitté et...

- *Super, un dépressif...*Bref, je n'ai pas besoin de savoir les détails. Qu'est-ce que je dois faire exactement ? Jouer votre pièce ?

- Exactement. Profitez-en pour visiter, le temps que j'aille chercher les autres mages

C'est après que Kazuto se décida a visiter les locaux. Ce n'était pas très passionnant, mais au moins ça passait le temps. Tout y était normal, il n'y avait vraiment rien d'extraordinaire. Puis, sans le remarquer, une femme aux cheveux argentés lui fonça littéralement dessus. C'est alors qu'il allait s'y adresser pour lui demander qui c'était qu'elle se mit a lui rouler une pelle. Au début, le rouge se débattait pour se libérer de cette étreinte puis comprit que c'était inutile et se laissa faire. Quelques secondes après, la voila qui essayait de le déshabiller... Super, lui qui espérait avoir une mission tranquille, allait limite se faire violer. Puis, il vit une petite fille d'environ une douzaine d'années rentrer dans la salle, avant de dire quelque chose.

*Et merde...*

C'est alors qu'il se mangea un coup de pied magistral, le faisant tomber au sol, suivi par la personne qui quelques secondes plus tôt essayait de le violer.

-Non, ce n'est pas... J'y suis pour rien là-dedans !

Une chose était sur... Il allait prendre cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Kurokami
The Necromancer of Darkness
avatar

Date d'inscription : 07/12/2013
Messages : 39
Jewels : 0
Affiliation : Solitaire
Rang : simple mage de passage

Fiche mage
Niveau: 9
Expérience:
167/1100  (167/1100)
Magie: Nécromancie

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Dim 5 Jan - 16:18

Non, mais, je sens que je vais assassiner Kyu, et l'autre roux pour faire bonne mesure. Les deux ensemble, torture plus ou moins douce. Ahaha, ils vont me le payer. D'abord, on me séquestre, ensuite, j'assiste à une scène fort déplaisante. Un cauchemar, j'allais me réveiller. Je... Enfin, je finis par me calmer et fixai l'homme vautré par terre avec un regard haineux. Oui, il allait en baver, je vous le dis. Et Kyu aussi. Tout le monde sait pourtant à quel point je peux être acariâtre et à quel point je peux particulièrement vous pourrir la vie. Je suis comme ça, personne ne me changera. Je détournai un instant mon regard de celui du rouge avec de le poser sur Kyu, qui se faisait soudainement toute petite sous le poids insistant de mes yeux. Privée de sortie pour un mois, tant pis pour elle.

-Non, ce n'est pas... J'y suis pour rien là-dedans !

Mais oui, bien sur...Payez-vous ma tête, je ne vous dirais rien. Ils avaient réussi à mettre en colère, très en colère. Je levai ma main pour gifler l'autre crétin pour son impertinence envers ma personne, bah oui, il avait osé me mentir, avant d'être arrêtée par Kyu qui prit mon poignet au vol et me regardait avec le plus grand sérieux qu'il soit. Je me mis à rire. Non, pas le rire que l'on attend d'une enfant, mais un rire sans joie, un rire moqueur et empli d’antipathie. Puis je finis par m’arrêter avant de soutenir le regard de Kyu avec colère.

-Tu tiens tant que ça à disparaître ? Tu risques de regretter ton acte suicidaire.

Là, autre acte suicidaire de sa part, ce n'est pas moi qui venais de frapper le rouge qui était toujours par terre, mais Kyu qui venait de me gifler. Troisième gros blanc de la journée. Je clignai des yeux sans comprendre ce qui venait de m'arriver. Les secondes passèrent, sans aucun bruit. J'ouvrais la bouche, puis la refermais, sans arriver à placer trois mots ayant un sens pour constituer une phrase. Puis, après attendu que me sois vraiment calmé, Kyu prit la parole.


-C'est bon, tu vas mieux ? Sérieux, faut te frapper pour que t’arrête de gueuler ! Tu es une vraie masochiste ma parole. C'est n'est pas lui qui est coupable, mais moi. Alors ce n'est pas lui que tu devrais frapper, mais moi. Comprends-tu ? A moins que tu sois toujours en train de divaguer.

Ah je vois, mais ils auraient pu le dire plus tôt tout de même. Je tendis une main à la pauvre tache rouge qui traînait par terre avec un air légèrement surpris. N'empêche, c'est vrai quoi, il n'avait qu'à se défendre cet idiot. Voyant qu'il ne réagissait pas, je le pris par le col et le traîna jusqu'au salon, où nous y attendait le chef de la troupe de théâtre fantôme. Après avoir lâché le rouquin, je m'assis en compagnie de Kyu sur le canapé ayant des airs un peu vieillots. Enfin, ceci n'est qu'un détail. Le nain nous proposa du thé, mais je n'étais pas d'humeur à en boire. Finalement, il m'en apporta quand même, malgré mes protestations. Décidément, pourquoi est-ce que j'avais obéi à Kyu et que je m'étais retrouvée dans cette galère totale. Expliquez-moi...

-Des gâteaux ?

-non merci, répondis-je froidement.

Je ne regardai même pas l'autre, qui devait être le second mage, et ne fis pas attention s'il avait du thé ou pas. S'il avait pris des gâteaux ou pas. Bref, je me fichais royalement de lui. C'est comme ça, je n'aime pas les gens, c'est pourtant clair, non ? Je regardais donc par la fenêtre tandis que le nain discutait avec le mec aux cheveux rouges. Je n’écoutais même pas ce qu'ils se disaient, mais il me semblait que le sujet concernait la pièce. Un truc avec une princesse ou quelque chose dans ce genre. La seule chose que je retins, était qu'on avait une semaine de répétition. Une semaine, c'est déjà trop. Bref, le soleil commençait à se coucher et le petit bonhomme décréta qu'il était trop tard pour commencer les répétitions. Il nous traîna donc vers l'étage supérieur, où se situaient les chambres. Je le sens mal, je le sens mal, je le sens mal... Et bon sang, pourrai-je savoir pourquoi notre chambre, à Kyu et moi, se trouvait juste en face de celle de la tomate, surnom bien trouvé pour l'autre espèce de pervers. Qu'ai-je donc fait pour mériter cela ? Enfin, si je désinvoquai Kyu pour la nuit, ça allait.


-Bonne nuit jeunes gens ~ !

Il me semblait que sa voix était légèrement emplie de sous-entendu. S'il ne la fermait pas dans les secondes qui suivent, je le tue lui aussi … Mais il garda ses autres commentaires et s'en alla en sifflotant. Il est beaucoup moins dépressif que toute à l'heure je trouve. Je rentrai dans ma chambre, suivie de près par l’alcoolique, puis refermai la porte au nez du rouge. Kyu se laissa tomber sur le plus grand lit et commença à se déshabiller.

-Mais qu'est-ce que tu fous espèce de crétine ?!

Elle leva les yeux vers moi, puis se mit à rire doucement avant de me répondre avec toujours autant de sérieux que tout à l'heure.

-Bah, je vais me laver, que veux-tu que je fasse ? Tu veux venir ?

Comment dire ça... C'est surtout que je n'ai pas confiance.

-Je veux pas finir comme l'autre tomate.

Puis elle répondit que je ne devais pas m'inquiéter parce qu'elle préférait les mecs et les femmes avec une poitrine plus conséquente. Elle se prit un coup de pied en pleine face. Mais je finis par accepter. Pourquoi ? Allez vous faire voir. Bref, après m'être désapée et je vous passe les détails, je filai dans la salle de bain. La baignoire, immense (il est riche en fait le nain...) était déjà emplie à ras bord d'eau brûlante. Et bien entendu, Kyu me poussa brusquement dedans sans prévenir. Vous doutez bien que je me mis à crier aussitôt.

-Ouaaah, ça brûle. Kyu, je te HAIS !

Puis elle entra à son tour, mais elle, ça n'avait pas l'air de la déranger plus que ça. Après une dizaine de minutes interminables, l'eau finit par refroidir de quelques degrés.  Kyu continuait de me taquiner puis, sans me demander mon avis, elle sortis un savon de je ne sais où et se mit à me savonner les cheveux avec une rare douceur. Bizarre, ça cache quelque chose. Puis ce fut son tour, et je ne manquai pas de lui faire payer la gifle de tout à l'heure.

Une demi-heure s'était ainsi passées et Kyu finit par m'obliger à sortir de l'eau, qui était devenue complètement froide, puis sortit à son tour.

-Bon, bonne nuit Kyu, je te renvois d'où tu viens.

-Hey, attend au moins que je me sèche et que je m'habille. Tu tiens tant que ça à me faire disparaître, hein ?

En effet, c'est tout à fait ça, très chère. Je lui laissai dix minutes, qu'elle respecta à la lettre, puis la fit partir. Elle disparut comme de la fumée. Ça ne m'enchantait guère de rester seule dans un endroit comme celui-là, mais je ne pouvais pas me permettre de la laisser finir le travail qu'elle avait commencé quelques heures plus tôt.

Quelqu'un frappa à la porte, trois coups pour être précise. Je me dépêchai d'aller ouvrir et d'engueuler celui ou celle qui osait venir m'importuner. Et là, qui est-ce que je trouve ?

-Oh, la tomate. Qu'est-ce que...

Oui, tout ça pour me rendre compte que je n'avais qu'une serviette de bain sur le dos et que face à un pervers comme lui, ce n'était pas la meilleure tenue au monde...


Dernière édition par Alice Kurokami le Mar 7 Jan - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Kirigaya
Nouvelle recrue
avatar

Date d'inscription : 04/11/2013
Messages : 17
Jewels : 1000
Affiliation : Mage Solitaire
Rang : Pas de rang pour le moment ~

Fiche mage
Niveau: 10
Expérience:
0/1300  (0/1300)
Magie:

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Lun 6 Jan - 21:17

Kazuto était toujours par terre, légèrement en bug après ce qui venait de lui arriver. Puis, en voyant le regard de haine de cette jeune fille qui le toisait du regard, il se préparait psychologiquement a en prendre plein la tronche. Certes, il aurait pu se défendre, mais malheureusement lever la main sur une femme n'entre pas dans son code d'honneur. Il voyait très bien son regard pesant se diriger vers l'autre personne, et si vous voulez savoir, le rouge pensait qu'elle allait encore plus subir que lui, mais ce n'était qu'une impression. Alors qu'il allait se prendre une bonne gifle dans la face, nouveau retournement de situation: la femme qui avait essayé de le violer quelques instants plus tôt l'arrêta et la gifia et se revendiqua de coupable de ce qui venait d'arriver.

*C'est vraiment pas ma journée aujourd'hui décidément... Et je suppose que ces deux personnes sont celles avec qui je vais jouer la pièce*

Alors qu'il était toujours en bug, la fillette lui tendit la main, puis voyant un manque de réaction de sa part, le traîna par le col jusqu'au salon. Heureusement que aucune de ses connaissances ne le voyaient ainsi, car sinon, ça l'aurait probablement bien ridiculisé comme il faut. Il faudrait un jour changer ses fréquentations, parce que là c'est un peu hasardeux tout ça, Kazuto y songeait déjà. Note à lui-même aussi: arrêter de prendre tout et n'importe quoi comme mission très bien payées, mais il en avait tellement besoin...

C'est une fois arrivés dans le salon que la fillette se décida a le lâcher pour aller s'asseoir sur ce qui semblait être un vieux fauteuil. Le rouge fit de même et alla s'asseoir sur un des fauteuils voisins, puis, le nain arriva pour lui proposer quelques gâteaux, qu'il refusa poliment, car pour l'instant, il n'avait pas très faim. Il jeta un bref et discret coup d'œil sur le côté et apparemment, personne ne voulait de ces gâteaux. Décidément, il n'était pas gâté ce pauvre nain... C'est alors que le nain en question commença a parler.

- Jeunes gens, j'aimerais attirer votre attention sur la pièce de théâtre qui va se dérouler dans exactement une semaine, donc pour vous, cette semaine sera remplie de répétitions.

Kazuto écoutait tout ce qui se disait pour accomplir précisément sa mission, tandis que la petite fille qui était bien l'autre mage avait l'air d'en avoir rien a faire. Constatant cela, le nain vint directement s'adresser au rouge.

- Je disais donc... La pièce a pour scénario une princesse, qui se fait kidnapper par un méchant monstre, et un preux chevalier pour la sauver... Tout ce qu'il y a de basique dans un conte pour enfants quoi.

Il allait donc jouer une pièce tout ce qu'il y a de plus normale pour une bande de gamins tout ça pour de l'argent ? Et surtout... Qui allait jouer quel rôle ?

*Ma foi... C'est peu d'efforts pour être autant payé finalement... C'est les missions comme ça que j'aime !*

-Sauf que la particularité de ce compte sera... Que tous les monstres seront réels ! Et donc, par conséquent, vue que vous êtes mages... Vous allez les affronter !

Un affrontement contre les monstres hein ? Voila une belle mise en jambe... Donc, il y aura de l'action, ce qui n'était pas plus mal finalement. Puis, ce nain de jardin décréta qu'il était trop tard pour répéter et les conduit a la chambre, lui et sa future partenaire apparemment. Pour une semaine... Le rouge devait donc faire gaffe a lui si vous voyez ce que je veux dire ! Il rentra dans la chambre, et apparemment, cette fillette avait l'air de bien le détester pour ce qu'il s'était passé tout à l'heure. C'est après en avoir eu totalement rien a cirer de ce qu'avait dit le nain qu'il s'allongea finalement sur son lit, avant d'entendre un cri.

-Elles en font du bruit de l'autre côté ma foi... Soupira le mage.

Et, il se décida a aller visiter sa chambre et tout le tralala. Et en fait... Qu'est-ce qu'il était riche ce dépressif ! Une bonne occasion pour se faire du pognon... Puis, c'est après cette courte visite qu'il s'endormit une petite heure sans le vouloir, avant de se réveiller.

-J'devrais peut-être aller m'excuser et tout...

Il se décida donc a aller toquer a la porte d'en face, puis se fit ouvrir la porte par la fillette, qui visiblement était sortie d'un bain au vue de sa tenue, mais le rouge n'en avait rien a cirer.

-Oh, la tomate. Qu'est-ce que...

Tomate hein ? C'est la première fois qu'on la lui faisait celle-là...

- Ne t'inquiètes pas, je suis pas venu pour une connerie ou quelque chose dans ce genre. Je suis juste venu discuter de ce qui allait se passer lors de la pièce puis... Poser une question a la fille aux cheveux argentés, que je ne vois pas ici. Si je comprends tout, tu invoques des esprits, et cette Kyu comme tu l'appelles en était une ?

Il se rendit compte qu'il avait oublié un détail.

- Et au fait... Quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Kurokami
The Necromancer of Darkness
avatar

Date d'inscription : 07/12/2013
Messages : 39
Jewels : 0
Affiliation : Solitaire
Rang : simple mage de passage

Fiche mage
Niveau: 9
Expérience:
167/1100  (167/1100)
Magie: Nécromancie

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Mer 8 Jan - 8:47

Je le regardais, il me regardait, nous nous regardions... Bref, un duel du regard était inévitable. Pour ma part en tout cas. Je croisai les bras et attendis des explications rationnelles, puis lorsque j'allais refermer la porte au nez de cet idiot, il se mit enfin à parler. J'observais cependant ses moindres gestes, comme n'importe qui de «normal» l'aurait fait avec un pervers. Oui, ce mec-là, il allait en baver tout au long de cette semaine, je le jure. Quoi que, s'il était là pour s’excuser, je n'allais pas le renvoyer d'où il venait. Lorsque j’avais mentionné son surnom, débile, je sais, il avait e un petit air contrarié. Je n'allais pas lâcher ce surnom maintenant que je savais qu'il ne l'appréciait pas tant que ça.

-Ne t'inquiètes pas, je suis pas venu pour une connerie ou quelque chose dans ce genre. Je suis juste venu discuter de ce qui allait se passer lors de la pièce puis... Poser une question à la fille aux cheveux argentés, que je ne vois pas ici. Si je comprends tout, tu invoques des esprits, et cette Kyu comme tu l'appelles en était une ? 

Pour une connerie, hein ? Qu'est-ce qu'il allait imaginer, que j'allais le laisser rentrer comme si de rien était pour finir comme il aurait fini si je ne l'avais pas sauvé des griffes de Kyu. Vous foutez pas de moi, je suis réellement sérieuse. Puis avec un soupir, je relevai les yeux vers lui avec un petit sourire narquois. La pièce dit-il ? Je m'en contrefiche. C'est l'argent et Kyu qui m'ont fait atterrir ici, s'il était assez intelligent, il l'aurait compris depuis longtemps. Cependant, il voulait parler à Kyu, qui n'était pas là. Il me parlerait donc à moi puisque je suis la maîtresse de cette vicieuse, et donc il revient à moi de gérer les problèmes qu'elle a créés.

-Non, je n'invoque pas d'esprits, je «donne vie» à des golems. Je prends un cadavre et y insuffle une vie et lui crée une âme. C'est simple, je suis nécromancienne. Tu voulais parler à Kyu ? Dommage pour toi, elle est partie dans son monde. C'est donc à moi que tu vas parler !

Et si ça ne lui plaisait pas, qu'il s'en aille et qu'il ne vienne pas m'emmerder à une heure pareille, même si je suis encore réveillée. Je fis un léger sourire crispé, puis le fis entrer et referma la porte derrière moi tout en vérifiant bien que l'autre espèce de nain n'était pas dans les parages pour recommencer avec ses sous-entendus le lendemain. Sinon, il signerait son arrêt de mort.

-Et au fait... Quel est ton nom ?

J'allais lui répondre une bêtise, mais me retins au dernier moment pour lui déballer la vérité. Je ne sais pas pourquoi j'avais décidé de lui faire confiance, mais ce n'est pas bon signe. Bah, peut-être est-ce normal après tout. Cependant, je ne relâchais pas ma garde et continuais de l'observer du coin de l’œil. Suis-je bête, il m'avait posé une question, je me devais alors de lui répondre...

-Alice... C'est mon nom. Alice Kurokami. Et toi ? Un truc dans le genre «rouge» ? Je rigole bien sur, ne le prend pas mal. Enfin si, ne crois pas que... Enfin non, heu...

Je m’embrouillais jusqu'à ce que mes mots n'aient plus aucun sens possible. Puis avec un soupir, je le fis asseoir sur le lit de Kyu lui fit comprendre de m'attendre deux secondes le temps que je revienne. Puis après lui avoir dit cela, je filai dans la salle de bain pour enfiler un tee-shirt à Kyu, qui faisait office de tunique un peu trop longue pour moi.  Bref, elle était tout de même très bien. Je ressortis à la seconde près et proposai du thé à l'autre crétin. Comme il ne répondit pas suite, je lui servis quand même une tasse, puis m'en fis une à moi-même.

-Que voulais-tu savoir à propos de Kyu ? Pourquoi t'a-t-elle donc embrassé tout à l'heure ? Ou pourquoi... pourquoi... Je sais pas moi !

Je m’embrouillais encore, j'avais décidément envie de me frapper la tête contre un mur de béton. Un bien dur. Puis je m'assis à mon tour, à coté de lui et continuai de le fixer avec froideur. Que pouvais-je bien lui sortir comme banalité ? En tout cas, mes pensées se mélangeaient jusqu'à créer une fanfare bruyante dans mon pauvre cerveau qui n'arrivait plus à tenir le choc. Bref, j'allais devoir réfléchir avec mes pieds, pas très intelligemment.  Puis je mis à rire doucement avant de lui sortir en effet, une stupidité que n'importe qui aurait déjà sorti depuis longtemps.

-Désolé...

Puis me rendant compte de l’énormité que je venais de lui sortir, je n'arrivais plus qu'à ouvrir la bouche pour la refermer dans les secondes qui suivaient. Puis je me tournai vers lui avec un regard genre «non, oublie ça tout de suite !». Mais il continuait de me regarder avec son petit air de d'habitude. Raah, je suis tombée un simple d'esprit ! Pas étonnant que kyu ai craqué sur lui. Même si elle n'a pas insisté plus que ça, je voyais bien qu'elle était décidée de finir le travail. Le pauvre agneau, il ne savait même pas ce qu'il allait lui arriver.  

-Si Kyu te dérange, je peux invoquer un autre golem pour le spectacle. Mais Kyu est celle que je préfère, elle est un peu comme ma meilleure amie. Ouais, ma seule amie... Et comme ma famille aussi. Mais tous mes golems sont ma famille alors ce détail ne compte pas avec elle.

Mais qu'est-ce que j'allais lui raconter ma vie ?! Nan mais ça va plus bien. Stop, faut que j’arrête de délirer, ça va mal tourner ! C'est alors que des larmes se mirent à culer sur mes jouent de leur propre gré. Nan, stop arrêtez c'est un complot ma parole. Mes larmes finirent par se transformer en torrent de larmes.

Suicide mental d'Alice Kurokami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Kirigaya
Nouvelle recrue
avatar

Date d'inscription : 04/11/2013
Messages : 17
Jewels : 1000
Affiliation : Mage Solitaire
Rang : Pas de rang pour le moment ~

Fiche mage
Niveau: 10
Expérience:
0/1300  (0/1300)
Magie:

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Jeu 9 Jan - 7:18

Kazuto attendait toujours la réponse de son interlocutrice, jusqu'a ce qu'elle se mit finalement a parler.

-Non, je n'invoque pas d'esprits, je «donne vie» à des golems. Je prends un cadavre et y insuffle une vie et lui crée une âme. C'est simple, je suis nécromancienne. Tu voulais parler à Kyu ? Dommage pour toi, elle est partie dans son monde. C'est donc à moi que tu vas parler !

De la nécromancie hein ? Le rouge en avait vaguement entendu parler, mais jamais il n'avait vu quelqu'un utiliser cette magie. Enfin, la jeune fille le laissa rentrer avec un sourire crispé, pour parler convenablement. Le nain n'était pas là... A cette heure-ci, il était surement en train de piquer un roupillon, enfin bref, passons. Après lui avoir demandé son nom, elle eût l'air de réfléchir a une ânerie, mais elle lui révéla surement son vrai prénom.

-Alice... C'est mon nom. Alice Kurokami. Et toi ? Un truc dans le genre «rouge» ? Je rigole bien sur, ne le prend pas mal. Enfin si, ne crois pas que... Enfin non, heu...

-Kazuto Kirigaya. Bon, je sais, que si tu rajoutes un a devant mon prénom ça commence par rouge mais bon, c'est pas le cas. Enchanté.

Le rouge s'assit sur le lit qui semblait être celui de Kyu, puis attendit que Alice parte se changer. Quelques secondes plus tard, elle ressortit avec ce qui semblait être un t-shirt qui était visiblement trop long pour elle, puis elle lui proposa du thé. Alors qu'il allait répondre après quelques secondes, elle lui servait quand même du thé. De toute façon, il allait accepter donc c'est pas si grave. Il laissa la tasse de thé là ou elle était, histoire qu'elle refroidisse un peu.

-Que voulais-tu savoir à propos de Kyu ? Pourquoi t'a-t-elle donc embrassé tout à l'heure ? Ou pourquoi... pourquoi... Je sais pas moi !

Lisait-elle dans ses pensées ? Parce que c'est exactement la question que voulait poser Kazuto. Puisqu'elle semblait plus proche de Kyu, c'est elle qui devrait savoir non ? C'est avec un soupir qu'il répondit.

-Je sais pas pourquoi elle a fait ça... En fait, c'est ce que j'étais venu te demander, pourquoi voulait-elle me violer ? Puisque tu a l'air proche d'elle, tu dois surement bien la connaître, non ?

Il vit toujours chez son interlocutrice ce regard froid. Mais, malgré cela, il y décela le fait qu'elle n'avait pas l'air très bien par rapport a d'habitude, ou qu'elle avait enfin fini par lui faire confiance ? Elle s'excusa alors. Kazuto accepta les excuses, car c'était pas de sa faute, c'était clair. Puis, toujours regardant son interlocutrice avec son air habituel, il vit très bien qu'elle avait l'air de galérer a placer une phrase. Mais, au bout de quelque minutes, elle arriva quand même a lui dire un truc.

-Si Kyu te dérange, je peux invoquer un autre golem pour le spectacle. Mais Kyu est celle que je préfère, elle est un peu comme ma meilleure amie. Ouais, ma seule amie... Et comme ma famille aussi. Mais tous mes golems sont ma famille alors ce détail ne compte pas avec elle.

Sa meilleure amie hein ? Il avait donc raison, elles étaient assez proches quand même. Sa famille ? Carrément ? Apparemment, c'était le cas aussi avec tous ses golems... Donc, légère intuition, elle n'avait plus de parents et tout. Attendez, elle lui racontait ça vie ?

-Non, elle ne me dérange pas plus que ça, tu peux la garder pour le spectacle si tu veux.

Il la vit alors commencer a pleurer. Et pas qu'un peu apparemment. Comme la curiosité et ses bonnes intentions avaient finies par prendre le dessus, Kazuto ouvrit la bouche pour placer une phrase "classique" dans ce genre de situation.

-Que se passe-t-il ? Pourquoi pleures-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Kurokami
The Necromancer of Darkness
avatar

Date d'inscription : 07/12/2013
Messages : 39
Jewels : 0
Affiliation : Solitaire
Rang : simple mage de passage

Fiche mage
Niveau: 9
Expérience:
167/1100  (167/1100)
Magie: Nécromancie

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Dim 12 Jan - 15:48

Les larmes continuaient de couler, lentement sans pour autant s’arrêter. Mes mains, sans que je ne sache pourquoi, essuyèrent rapidement mes joues qui avaient viré au rose sombre. Ben dis donc, premier jour et je me rends déjà ridicule comme pas possible... La honte. Je levai les yeux vers Kazuto, puisqu'il se nommait ainsi, puis fis une légère grimace en guise de sourire moqueur. Bah, autant se faire passer pour la dernière des crétines. Puis avec un léger ricanement, je me levai et le toisai avec le plus grand mépris possible, après qu'il ait prononcé sa stupide phrase à laquelle je ne répondrais pas, qu'il aille se faire voire tient. Je lui pris le bras, et le traînai vers la porte. Après l'avoir ouverte violemment, je me retournai vers la tomate, puis lui sortit une réponse des plus agréables dont j'ai l'habitude de sortir aux gens.

-Oublie ça ! Si tu en parles à quelqu'un, je m’arrangerais avec Kyu à ton propos. Dommage n'est-ce pas ?

Puis je le poussai vers la sortie et une fois l'avoir mis dehors, je soutins son regard étrangement calme. Il n'était rien à mes yeux, alors je ne vois pas pourquoi je devrais lui raconter ma vie. Puis de toute façon, je sais pas pourquoi je me suis mise à pleurer et puis... Et puis... Oh, zut, je m'en fiche.

-Ah, et pour en revenir à ta question de tout à l'heure, si Kyu à essayé de te «violer», c'est tout simplement parce que c'est une perverse. Des questions ? Non ? Alors à demain !

Puis je lui claquai la porte au nez et allai me coucher. C'est vrai ça, qu'est-ce qu'il croit ? Que je pleure comme une gamine pour une raison insignifiante ? Raah, et en plus, je sais pas pourquoi je me suis mise à chialer. Pathétique, j'ai qu'une seule envie, c'est de me frapper la tête contre un mur. J'ai été bête de lui faire confiance ne serait-ce une fraction de seconde. Mais, attendez, pourquoi je m'énerve contre lui ? Bah, ça doit être tout le stress accumulé tout au long de cette journée pourrie. Je n'aurai pas dû venir, je sens que je n'ai pas fini d'en baver. Pourquoi je dis ça ? Intuition...

Le lendemain, j'avais l'impression d'avoir bu toute la soirée. J'avais mal à la tête, je pouvais à peine marcher correctement. Bref, voici ce que donne une fillette qui a passé toute la nuit à ruminer de sombres pensées. Après un bref passage dans la salle de bain pour me coiffer, je mis du temps avant de réaliser que je devais m'habiller et aller manger et pas retourner dormir. Bref, vous aurez compris, je ne suis pas matinale. Bref, après avoir enfilé une chemise blanche et un short quelconque, je sortis de la chambre comme un zombie. Horreur, je croisai Kazuto, mais je l'ignorais royalement et passai devant lui sans un regard... Avant de rendre compte que Kyu n'était pas là. Zut, j'ai oublié de l'invoquer. Après m'être glissée discrètement dans une loge vide, je posai une main sur l'emplacement de mon cœur, puis me mordis le pouce de l'autre main jusqu'à ce qu'il se mettre à saigner. Puis je levai ma main haut et chuchotai d'une voix à peine audible :

-J'invoque le vampire, Kyuketsuki …

Ce furent ses os qui apparurent en premier, puis sa chair et ses muscles, pour enfin laisser apparaître sa peau et le reste de son corps. Ce sont ses vêtements qui vinrent en dernier, ceux de d'habitude, pas de changement. Enfin bon, ce n'est pas bien grave. Elle était là, me fixant avec sérieux, puis quand elle se rendit compte que je la regardais également, elle fit un sourire radieux et me prit dans ses bras en riant, avant des se prendre un sacré coup en pleine face. Je n'aime pas, mais alors vraiment pas qu'on me câline comme on câlinerait une peluche. Mais Kyu s'en fichait pas mal, et ne se gênait pas pour me faire subir une telle torture. Je soupirai puis lui expliquai ce qu'il s'était passé hier, avec des détails comme elle les adorait. À la fin, elle fit mine de réfléchir, même si elle ne le faisait pas, idiote comme elle l'était. Elle déclara alors que c'était sûrement quelqu'un de gentil et que ce n'était pas bien venant de moi de le virer comme je l'avais fait. Elle se prit un énième coup de pied au visage, puis elle déclama en pleurnichant qu'elle aurait bien aimé être avec moi à ce moment-là. Bah, je ne pourrais pas la changer, elle est irrécupérable.

Puis, lorsque nous entrâmes dans le salon, je ricanai légèrement en voyant le nain et la tomate discuter ensemble. Je n'écoutai pas, mais me doutais bien que s'était à mon sujet. Tss, qu'ils déblatèrent à mon propos, mais qu'ils aient au moins le courage de me le dire en face s'ils ont quelque chose à me reprocher. Je m'assis sur le canapé en face, Kyu me suivant comme un petit chien fidèle. Elle me tendit une tasse de thé, que je pris volontiers avec quelques gâteaux en guise de déjeuner. Kyu ne mangeait pas, mais buvait du sang. Donc, conclusion, dans cette bouteille de verre qu'elle était en train de boire, il y avait de l'hémoglobine. Charmant... Après avoir terminé de manger, je me levai et demandai au nain de nous conduire là où nous devions répéter la scène. En effet, c'était quelqu'un de très riche : la scène où nous devions jouer dans une semaine était immense et joliment décorée de rideaux pourpres. Kyu fit d'ailleurs une remarque positive, que je n'écoutai d'ailleurs pas. Si on m'avait dit un jour que je pouvais rester admirative devant quelque chose d'aussi simple, j'aurai rigolé un bon coup, puis aurais envoyé celui qui m'aurait dit cela à l'asile. Bref, toujours est-il que le petit bonhomme nous laissa une copie du texte que nous devions réciter à chacun. Ouaah, un truc à l'eau de rose , mon Dieu, pourquoi moi....

-Kyu, déclarai-je, pitié, joue le rôle de la princesse !

Elle fit un petit rire content, puis accepta aussitôt. Kazuto était le seul mec ici, donc c'est lui qui jouera le prince. J'en connais une qui sera contente. Mais pour le dragon... Qui ? Je n'ai pas la carrure assez imposante pour jouer ce rôle. Et même si j’utilisai une maquette, je n'aurais jamais la force de le faire voler. Alors qui ? Une idée passa, mais j'aillai devoir me passer de Kyu.

-Kyu, je suis désolée, mais tu ne joueras pas dans cette pièce. C'est Ningyo qui fera le dragon et moi... La princesse.

Déclarer que je serais la Princesse m'avais coûté un effort immense et ma fierté en avait prit un sacré coup.  Bah, ce n'est pas grave, ce n'est qu'une pièce après tout.  Je me tournai vers Kazuto, qui écoutait la conversation sans en placer une. Timide, hein ? Nan, faut que j’arrête, ça devient chiant au bout d'un moment. Je fis disparaître Kyu, et là où elle se tenait il y a quelques secondes était désert. Puis je me remordis le pouce, du sang coula le long de mes doigts, puis je levai l'autre main et la plaça sur mon coeur pour le reste de l'invocation. Comme pour Kyu, l'apparition de Nin' laissa un grand blanc. Macabre comme scène. Surtout que je venais de manger. Je commençais cependant à avoir l'habitude. Non, parce que la première fois que j'avais fait apparaître un golem, je n'ai pas pu m'empêcher de vomir mon dîner.  Je me tournai vers Kazuto, mais je ne pouvais pas dire si ce qu'il venait de voir le dégouttait ou le laissait de marbre. N'importe qui aurait tourné de l’œil pourtant. Je fis un petit sourire moqueur, puis me tournai vers Ningyo qui tournait la tête dans tous les sens, se demandant bien où est-ce qu'elle avait atterri.

-Bonjour maîtresse, fit-elle poliment, puis-je savoir pour quelle raison vous m'avez appelé ? J’espère que c'est important au moins ?  

Les rares occasions où elle ne faisait pas de crises de folie étaient quand elle s'adressait à moi. Sinon, vous vous imaginez bien comment serait-elle en temps normal. Elle fit alors un petit rire sadique en voyant la tomate, et s'approcha de lui avec des chaînes sorties de je-ne sais où.

-Hé, non, attend deux secondes, c'est pas un ennemi !

Elle eut l'air soudain extrêmement vexé, puis se tourna vers moi les lèvres pincées et le regard furieux, comme si je venais de lui interdire de retourner dans «son monde». Ses doigts se resserraient lentement sur les chaînes, faisant blanchir les jointures de ses mains blanches. Elle ne pouvait pas torturer quelqu'un alors elle allait se rabattre sur le pauvre Kazuto pendant les répétitions. Dommage pour lui, mais il fallait qu'il supporte ça pour faire cette mission.

-Machin, je te présente Ningyo, mon golem «marionnette». Tu dois te douter pourquoi je l'ai appelée à la place de Kyu, non ?

Mais comme il ne réagissait pas, j’enchaînai sur les infos indispensables pour survivre durant une semaine avec elle.

-Bref, pour pouvoir manipuler un «faux» dragon, il nous faut un expert en marionnettisme, les fils et tout ça tu vois ? Ningyo est la seule capable de faire ça !

Puis après m'être assurée que la folle ne m'écoutait plus, je m'approchai de Kazuto et lui chuchotai à l’oreille :

-Je te parlerai d'elle plus tard, histoire que tu saches comment te débrouiller pour pas te faire tuer face à elle.

Je me retournai vers Ningyo et lui donnai les dialogue qu'il fallait qu'elle apprenne par cœur. Et si elle ne le faisait pas, interdiction de torturer qui que ce soit pendant un mois. Vous vous imaginez donc qu'elle allait obéir de suite. Bref, on passa toute l'heure à apprendre les paroles, les gestes à faire et ainsi de suite... La marionnette tenta plusieurs fois de torturer Kazuto tandis que j'avais le dos tourné mais bon, elle se prit un coup de pied à chaque fois, ce qui lui fit passer l'envie de torturer la Tomate. L'heure suivante fut passablement ennuyante, puisqu'il fallait confectionner des prospectus pour le spectacle. Mais les dessins que je fis étaient largement plus attrayant que ceux du nain et mon écriture était plus soignée que la sienne. Ningyo, qui n'avait pas envie de le faire, laissa  sa place à Kyu qui nous aida volontiers. Puis midi sonna, à ma plus grande joie, et nous remontâmes au salon pour manger. Kyu sortit une fois de plus sa bouteille emplie de liquide douteux, mais je ne dis toujours rien et l'observais avec un air septique. Puis l'après-midi revint trop vite à mon goût et il fallut redescendre sur scène. Ningyo était de retour, toujours en regardant Kazuto avec un petit air sadique. Mais je n'y fis pas attention, puisqu'elle savait bien ce qu'il lui arriverait si elle tentait quoique se soit. Bref, le reste de la journée passa sans accroc, entre les répétitions et les fous rire avec Ningyo à propos des textes bien barbant. Le seul qui restait en dehors de nos délires était Kazuto, sérieux comme d'habitude. Bref, ce mec n'a rien de drôle.

Le soir, je remontais dans ma chambre avec Nin', tout en me rendant compte que c'était la première fois que je passais autant de temps avec elle. Elle n'est finalement pas aussi monstrueuse qu'elle n'y paraît, sauf quand tu es dans sa liste de personnes à torturer. A part ça, c'est quelqu'un de gentil et de marrant, pas comme Kyu qui fait des blagues pas drôles. Bref, toujours est-il qu'elle avait transpiré et moi aussi, donc, conclusion des choses à faire dans l’immédiat : se laver. L'eau fut cette fois à la bonne température, puisque Kyu est un vampire et donc elle ne ressent pas le froid et la chaleur... Je crois.

Si je dois décerner un titre de la plus grosse poitrine, je crois que le décernerai à Nin'. Nan, par rapport à Kyu, qui avait déjà un tour de poitrine imposant, Nin' était finalement un monstre. Jalousie peut-être, mais pas la peine de me comparer à elle, je perds même face à Akuma qui a un physique de fillette. Puis lorsque sonna l'heure de sortir de l'eau, qui était devenue gelée, je filai chercher une serviette assez longue pour me réchauffer entièrement. Nin' n'avait pas l'air d'avoir froid, elle. J’oubliais que ce sont des cadavres dans lesquels j'ai inséré une âme. Logique qu'elles soient insensibles à ce genre de choses. Elles ont de la chance tient. Après que Ningyo soit partie, j'enfilai un pyjama et allai me rouler en boule au fin fond de mon lit. Là, au moins, il faisait chaud.

Quelques heures plus tard, alors que je dormais, un suicidaire frappa à la porte ? Nan mais ils se fichent de moi ! Il ou elle se rend bien compte de l'heure qu'il est ?! Je me traînai jusqu'à la porte en grommelant des paroles inaudibles, puis ouvris. Je restais là avec un rictus effrayant collé au visage. Décidément, c'est une manie chez la tomate de venir déranger les gens à  une heure pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Kirigaya
Nouvelle recrue
avatar

Date d'inscription : 04/11/2013
Messages : 17
Jewels : 1000
Affiliation : Mage Solitaire
Rang : Pas de rang pour le moment ~

Fiche mage
Niveau: 10
Expérience:
0/1300  (0/1300)
Magie:

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Ven 17 Jan - 7:18

Le rouge se demandait franchement pourquoi elle pleurait. Puis, pour essayer de la faire rire, il tenta de faire une petite grimace mais ça avait plus l'air d'un sourire moqueur qu'autre chose... Baka ! Puis, sans comprendre pourquoi, Alice le traîna par le bras vers la porte avant e lui dire un truc.

-Oublie ça ! Si tu en parles à quelqu'un, je m’arrangerais avec Kyu à ton propos. Dommage n'est-ce pas ?

Il haussa les épaules avant d'y répondre.

-J'avais pas l'intention d'en parler hein.

Et voila, il s'était fait virer de la chambre, mais il était toujours calme, car c'était une manie chez lui de ne jamais s'énerver dans ce genre de situation. Pourquoi tant de haine envers lui ? Il n'en avait pas la moindre idée.

-Ah, et pour en revenir à ta question de tout à l'heure, si Kyu à essayé de te «violer», c'est tout simplement parce que c'est une perverse. Des questions ? Non ? Alors à demain !

*Une perverse hein ? Je m'en doutais un peu... Et merde, j'trouve rien d'autre a dire. Tant pis.*

Kazuto se fit claquer la porte au nez. Super l'ambiance, n'est-ce pas ? Il retourna sans se hâter a se chambre pour directement aller se coucher, car il était lessivé par le voyage qui avait été assez long, il faut clairement le dire. Le rouge s'endormit rapidement et passa une nuit de sommeil normale, bref, la routine quoi. Il se leva relativement tôt sans le savoir, se vêtit et descendit a l'étage inférieur, ou le nain l'attendait avec le petit déjeuner. Alors que Kazu déjeunait tranquillement, le nain s'assit en face de lui pour lui parler.

-J'ai quelque chose d'autre a vous dire pour la pièce... Je rigolais pour hier. Vous allez juste jouez une pièce ou un prince sauve une princesse d'un dragon.

*Un truc a l'eau de rose ? Super... Je prie pour que ça passe vite, je hais ce genre de trucs...*

Au même moment, Alice rentra dans la salle, accompagnée de Kyu.

-Et hier... Je vous ai entendu quitter votre chambre pour aller dans celle d'en face, petit cachottier

Kazu commençait légèrement a perdre son calme suite a ces sous-entendus, c'était clair, le pauvre nain allait se faire shooter avant la fin de la semaine si il continuait sur sa lancée. Bref, c'est avec un léger sourire forcé pour pas passer pour un je ne sais quoi qu'il répondit.

-Je lui ai juste expliqué les détails pour la scène, voila tout.

Bref, après manger, le nain les conduisit là ou y'avait une scène et elle était immense, avec des rideaux pourpres, prouvant que mine de rien, la personne était sacrément riche... A moins que ce théâtre ne lui appartienne pas, bref, tout ceci le laissa de marbre, il avait vu bien plus riche une fois, lors d'une mission datant d'il y a quelques mois déjà... C'est alors que chacun devait choisir son rôle. Étant le seul homme ici, Kazu devait jouer le prince, super... Le pire étant que durant cette pièce, il n'allait pas pouvoir se dérouiller sur des vrais monstres puisque monsieur passe-partout est un vrai menteur ! Bref, les rôles étaient attribués, lui était le prince, Kyu la princesse et Alice allait se charger du dragon.

Mais, la jeune fille annonça que elle allait faire la princesse et qu'une certaine Ningyo allait manipuler le dragon. A vrai dire, au final, Kazu faisait semblant de s'intéresser mais il ne faisait ça que pour l'argent, et peut-être un peu pour s'amuser aussi. C'est alors qu'il vit une personne apparaître après la disparition de Kyu, et l'apparition était assez macabre... En effet, la personne était apparue comme des os, puis de la chair, des muscles, de la peau, et le reste... Assez creepy il fallait le dire, mais il en fallait bien plus pour impressionner le rouge, qui souriait légèrement. C'est après avoir parlé a sa maîtresse que cette demoiselle avec ses chaînes se préparait surement a l'attaquer. Voyant ça, Kazuto se mit en position de garde, prêt a se battre au cas ou il le fallait, avant que le golem se fasse stopper par sa maîtresse. Puis, elle se mit a parler.

-Machin, je te présente Ningyo, mon golem «marionnette». Tu dois te douter pourquoi je l'ai appelée à la place de Kyu, non ?

*Macihn ? Je crois que je préférais mon ancien surnom...*

-Bref, pour pouvoir manipuler un «faux» dragon, il nous faut un expert en marionnettisme, les fils et tout ça tu vois ? Ningyo est la seule capable de faire ça !

Le mage hocha la tête pour montrer qu'il avait compris tout ce qui avait été dit mais allait quand même être sur ses gardes, au cas ou la folle recommencerait a vouloir l'attaquer. Puis, la jeune fille lui chuchota un truc a l'oreille.

-Je te parlerai d'elle plus tard, histoire que tu saches comment te débrouiller pour pas te faire tuer face à elle.

Se faire tuer, carrément ? C'était pas... Comment dire... Légèrement risqué comme affaire, même pour tant d'argent ? Au piren il fallait juste se dire que c'était un truc comme un autre, et il répondit.

-Bien

L'apprentissage des textes et des gestes a faire se passa plutôt bien, mis a part les quelques tortures qu'il aurait subi si Alice n'aurait pas kické a maintes reprises son golem. L'heure suivante était de loin l'une des plus ennuyante qu'il avait passé, a confectionner des prospectus... Il les fit en s'appliquant, découvrant qu'il ne se débrouillait pas si mal que ça en dessin en fait, enfin c'était toujours mieux que les prospectus du nain qui ne savait pas dessiner. Cette heure marqua le retour de Kyu, qui mangea avec eux, enfin plutôt, qui but sa bouteille de liquide rouge... Kazuto la regarda avec attention avant de comprendre que c'était du sang et retourna manger. L'après midi revint assez vite et les répétitions étaient de retour, avec la sadique qui n'avait plus l'air d'essayer de torturer Kazuto. La journée se passa bien, les filles riaient mais lui s'ennuyait monstrueusement.

Une fois le soir venu, Kazuto remonta dans sa chambre et alla se prendre un bon bain pour se détendre, car tout cela était légèrement crevant. Une fois que l'eau commençait a devenir froide, le rouge en sortit, s'habilla et tout. Il alla s'allonger sur son lit. Quelques heures plus tard, il décida d'aller voir Alice, pour qu'elle lui explique enfin comment survivre face a sa golem qui voulait apparemment le torturer jusqu'à sa mort. Il frappa a la porte, et la vit ouvrir, avec un rictus qui voulait tout dire.

*Je suis dans la merde moi...*Bon, je sais que venir déranger a cette heure ça se fait pas trop mais... J'ai préféré venir plus tard qu'hier pour être plus discret, parce que l'autre nain savait que j'étais venu hier, me demande pas comment. Donc, j'aimerais savoir... Comment dois-je m'y prendre pour pas finir torturer par ton nouveau golem, si je puis dire ainsi ?[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Kurokami
The Necromancer of Darkness
avatar

Date d'inscription : 07/12/2013
Messages : 39
Jewels : 0
Affiliation : Solitaire
Rang : simple mage de passage

Fiche mage
Niveau: 9
Expérience:
167/1100  (167/1100)
Magie: Nécromancie

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Sam 25 Jan - 13:55

Je le regardais, il me regardait, nous nous regardions. Bref, un duel du regard inévitable était en route. J'étais fatiguée, mes yeux se refermaient doucement sans que je puisse faire quoi que ce soit et mes membres ne bougeaient pas comme je le désirais. Vous aurez bien compris, j'allais faire un massacre. Oser me déranger à une heure pareille relève du suicide, et notre cher Kazuto n'avait pas l'air de comprendre l’énormité qu'il venait de commettre inconsciemment. Bah, il allait se laisser tuer bien gentiment pour se faire pardonner, n'est-ce pas ? Mais rien, absolument rien, ne se passa et nous continuions de nous regarder comme deux abrutis qui ne savaient quoi dire. C'est la Tomate qui brisa le silence avec des mots bien agaçants :

- Bon, je sais que venir déranger à cette heure ça se fait pas trop mais... J'ai préféré venir plus tard qu'hier pour être plus discret, parce que l'autre nain savait que j'étais venu hier, me demande pas comment. Donc, j'aimerais savoir... Comment dois-je m'y prendre pour pas finir torturer par ton nouveau golem, si je puis dire ainsi ?

Oui, en effet très cher, venir emmerder les gens à une heure aussi tardive, c'est de l'irrespect pur. Il aurait voulu venir plus tôt ? Qu'il le fasse alors. Ah, non, c'est vrai, le nain. Mais attendez, comment il fait pour espionner comme ça ? Je me relevai, allai dans le couloir et fixai avec hargne les petites caméras planquées au niveau du plafond. Je les détruirai demain, juré, une gêne de moins. Je revins vers Kazuto, avec un petit air endormis puis le fixai avec attention. Je lui ai dis ça ? Ah bon ? J'me souviens pas, j'ai l'impression d'être bourrée. L'effet de la fatigue sur une gamine, me diriez-vous. Je bâillai bruyamment puis me décidai à répondre à sa question. Ensuite il partirait et je pourrais partir dormir tranquille.

- En fait, faut juste que tu lui parles normalement, comme tu parlerais à n'importe qui, à moi par exemple. Fais comme si elle était normale et tu seras tranquille jusqu'à la fin, la Tomate.

Un énième bâillement sortit de ma bouche, puis je continuais de regarder la tomate d'un air shooté. Faut pas que je m'endorme maintenant, j'aurais vraiment l'air débile. Nan, vraiment, je... Mes yeux se refermèrent d'eux-même et je m’endormis sans m'en rendre compte.

Le lendemain, j’eus moins de mal que le jour précédent pour me lever. Certainement parce que j'avais dormis toute la nuit. Toute la nuit ? Non, pas tout à fait, Machin était venu me déranger pour rien. Enfin, je me souviens plus tellement en fait. Le cerveau embrouillé, le visage blafard. Bref, si on me prenait pour un spectre après ça, je pourrais alors le croire. C'en est presque comique, mais pas trop.  J'étais dans mon lit, sous mes draps, et si je me souviens bien, je m'étais endormie debout. Faudra que je remercie Kazuto. Il est chiant, mais gentil. Je me levai alors, semblable à un zombie, puis me traînai jusqu'à la salle de bain pour m'y habiller. Cette fois, faut changer. Je mis une chemise blanche et un short noir, rien de mieux pour bouger plus librement. Et puis c'est moins serré. Un coup de brosse et je sortis de cette chambre. Ah, oui, il faut que je supprime ces caméras. Mon arme habituelle suffira, inutile que j'aille ennuyer mes golems pour une raison aussi futile.

-J'invoque la lance, Gijutsu-tekina tsuki no ken...

Et hop, ni une ni deux, toutes les caméras si stressantes furent cassées en un simple coup. Rien de bien impressionnant en fait. Je tournai alors le regard vers la Tomate qui était planté là à regarder les machines complètement foutues. Je voulais lui dire quelque chose, mais les mots ne franchirent pas  la barrière de mes lèvres. Bon sang, je suis un cas désespéré. Je tournai alors le dos et m'en allai descendre au salon. Cette fois, le nain était là, l'air contrarié au plus haut point.

-Puis-je savoir pourquoi vous avez détruis mes ma-gni-fi-ques caméras ?! C'est un crime, une offense envers ma personne, un acte abomi...

Je le coupai net dans son long monologue puis soupira avant de me retenir de ne pas lui envoyer un «Alice Kick». Il fulminait, de façon à ressembler à une locomotive rouge détraquée. Je ne pus m'empêcher de ricaner à voix basse, que le nain ne manqua pas d'entendre. Cela l'énerva encore plus.

- Je n'aime pas me sentir espionnée. Pour les réclamations, c'est plus tard, là, je vais manger. Vous permettez ?

Je lui tournai le dos et m'assis sur un fauteuil avant de me servir du thé dans une tasse en porcelaine. Il n'est pas un peu vieux pour jouer à la poupée ? Enfin bon, ça ne me regarde pas. La version réduite continuait de me regarder avec un air hautain, bouh, quel copieur. Je lui tirai alors la langue puis fis un sourire angélique avant de boire une gorgée de thé... Brûlant.

- Aïe... C'est... C'est chaud ! Vous vouliez me tuer ou quoi ?

Bon, je sais bien que le thé, même brûlant comme ça, ça tue pas, mais là... Il avait bel et bien une dent contre moi. C'est qu'il mordrait le mini bonhomme ! Je lui lançai un regard meurtrier, me levai et descendit sur scène pour commencer les répétitions de la journée. Kazuto était là, fidèle au poste et moi... Fatiguée en fait. J'invoquai Ningyo, l'apparition toujours aussi macabre, qui bâillait bruyamment avant de me demander quel jour on était. Idiote avec ça... La réponse fut brève, puis je lui indiquai les feuilles de paroles qui traînaient sur un carton aux couleurs grisâtres. Elle les prit d'un geste brusque et les relit pendant quelques secondes seulement, puis les reposa avec un mouvement de tête décidé et me regarda en souriant. Les trois longues heures fort ennuyeuses passèrent et je m'ennuyais comme pas possible. Cette fois, ce n'était pas moi ni Nin' qui était morte de rire, mais la Tomate. J'ai pas tout suivi, mais bon... Laissons le faire, ça va pas le tuer. Quoi que, si le ridicule était mortel, nous serions tous déjà mort depuis des lustres. Je me mis à sourire comme une cruche à ces pensées. Bah quoi, j'ai plus le droit de m'amuser moi aussi ? Midi sonna enfin, à ma grande joie et celle de Ningyo qui partit se reposer dans son «monde». Bon, il me restait de l'argent et il y avait un petit restaurant pas loin. Manger sans se faire empoisonner par un nain furieux est une chose importante pour ma survie.

Machin était en train de ranger les cordes et autres bidules qui traînaient par terre. Je le regardais, ennuyée, puis m'approchais sans bruit et lui cria un « bouh !» qui le fit sursauter. Il se retourna vivement et me fixa, visiblement vexé par ma petite farce. Mon Dieu, comme c'est marrant de faire peur aux gens de cette manière. Cependant, je crus entrevoir un sourire se dessiner sur ses lèvres. Bah, je suis fatiguée au point d'avoir des hallucinations, à moins que... Nan, je suis sure que c'est la fatigue. J'ouvris un instant la bouche sans savoir quoi lui dire avant d'avoir une idée plus ou moins géniale. Enfin, tout dépend du point de vue.

- Je vais au restaurant, tu m'accompagnes, compris ?

Je ne lui laissai pas le choix, comme ça, il ne dirait pas non. Je fis un sourire puis l'attrapa par la manche et l’entraînai dehors. Et s'il résiste, je l’assommerai pour régler le problème. Mais il n'y eu aucune résistance, pas même la moindre parole. Rien seulement le vide du silence terrible. Je me retournai inquiète et recommençais à le fixer. Mais toujours aucune réaction de sa part, hormis le fait qu'il venait de hausser les sourcils, genre «Quoi, qu'est-ce que tu m'veux ?». Une fois arrivés à ce foutu restaurant, que nous avons eu du mal à trouver d'ailleurs, je le lâchai et m'installai en face de lui. L'endroit était plus joli et plutôt confortable pour une si petite auberge. Les vieux fauteuils, parfois rapiécés, étaient d'une couleur pourpre qui commençait à s'effacer. Les tables en bois étaient couvertes de minuscules failles et n'avaient pas l'air très solide. Les nombreux objets disposés sur les étagères étaient peut-être des souvenirs ramenés de voyage. Malgré tous ces détails, cet endroit avait quelque chose d'apaisant et de calme. On aurait presque envie d'y rester des heures et des heures jusqu'à ce que le bâtiment ferme. Nan, je divague un peu là. Je continuai de fixer notre Tomate qui lui aussi observait l'endroit avec la plus grande attention. Oh, monsieur à l'air de s'intéresser à quelque chose pour une fois. Un serveur arriva quelques minutes plus tard, tout sourire et pris nos commandes. C'est louche, les gens me fixent d'une façon bizarre d'habitude. En parlant de ça, Kazuto non plus se conduisait pas comme la plupart des gens envers ma personne. Bah, ce doit être juste mon imagination.

-Le plat du jour s'il vous plaît... Et toi Machin ? Tu prends quoi ?

Il dit quelque chose que je n'entendis pas. Oh mon Dieu, je deviens sourde avant l'heure, c'est terrible ! Je fis un petit sourire, puis sortis un livre de ma sacoche et me mis à lire. Oh, non, un roman à l'eau de rose qu'à l'habitude de lire Kyu'. Bon sang, j'ai confondu mon bouquin avec le sien, quelle idiote, tête en l'air. Il faut toujours que j'oublie quelque chose quand je pars en voyage. Le repas fut servis une demi-heure plus tard, j'avais eu le temps de m'ennuyer à en mourir, oui, à en mourir, carrément. Au lieu de manger ma part, je continuai de fixer la Tomate, qui lui n'était pas du tout, mais alors vraiment pas du tout un cas de politesse. Ni un « bon appétit », ni aucune autre marque de respect à mon égard, alors que c'est MOI qui payais le repas. Nan mais quel sans gêne, qu'il aille se faire voire tient, s'il se jette d'un pont, ça n'est pas moi qui irais le sauver.

-Tu sais, je crois que Kyu t'aime bien...

On se défiait à présent du regard. Il répondit et il faut dire que je n'étais pas très satisfaite de ce qu'il venait de dire. J'aurais espéré qu'il s'inquiète un peu, mais pas du tout, encore pire, ça avait l'air de lui faire plaisir une telle marque d'attention. La tête que je faisais devait être sacrément comique pour que j'entende un ricanement de sa part. Non mais attendez, il se fout pas de moi là par hasard ? Je vais me venger un jour ou l'autre, dans un futur proche, dans quelques mois. Jamais en fait...

-Ça n'a rien de drôle, crétin ! Tu dois te demander pourquoi je suis venue ici, hein ?

Non, en fait, je crois qu'il s'en foutait un peu trop mais bon, je vais bien le faire chier pour me venger, na !  

-En fait, ce matin, comme tu as pu constater par toi-même, j'ai cassé les caméras et le nain à commencé à s'énerver. Il a même essayé de me tuer avec le thé, tu te rends compte ?! Donc, pour éviter tout risque, puisque je suis sure qu'il a empoisonné le repas de ce midi, j'ai décidé de venir manger ici. Mais j'avais pas envie de rester seule, donc je t'ai pris en otage. Non, c'est pas vraiment un otage mais... Enfin je...

Monologue interminable, Kazuto devait déjà dormir depuis longtemps. Mais non, il m'écoutait toujours cet idiot. Il me fait peur, vraiment peur. En plus de ça, je lui avais déjà raconté ma vie une fois. Bon sang, je deviens bizarre ces derniers temps. Comment faire confiance à une personne que je viens à peine de rencontrer? Je sais pas vraiment en fait, mais il n'a pas l'air d'être une trop mauvaise personne. C'est peut-être pour ça. Je fis un sourire puis baissai les yeux, soudainement attristée.

- Je crois, chuchotais-je sans qu'il m'entende (enfin, je suis pas sure), que c'est moi qui l'aime bien finalement.

Je me levai alors et laissai de la monnaie sur la table pour que Kazuto puisse terminer son repas tranquillement et qu'il puisse payer après. Je sortis dehors, m'étirai à la façon d'un chat, puis retournai chez le nain en maugréant.

Le reste de la journée fut tout aussi chiante que la matinée, entre les répétitions et les prospectus, on a envie de se barrer loin, très loin d'ici. Le soir revint trop lentement à mon goût et pour la première fois depuis que je suis ici, personne n'est venu me déranger lorsque je dormais. Étrange...

Quatrième jour...

La colère du nain s'était dissipée et je pus enfin manger ici sans me faire agresser par une version miniature de l'être humain dans toute sa grandeur d'esprit. Aujourd'hui, mission décoration et confection de costume. Les paysages peints par Kyu laissaient un grand blanc parmi nous. Non seulement elle était douée, mais on aurait pu croire que c'était une scène réaliste. Je serais bien jalouse mais ce défaut ne fait pas partie des miens. Midi fut plus que calme, et on peut dire que je ne me suis jamais autant ennuyée jusque-là. J'avais cependant la ferme impression que Kazuto m'ignorait ou même me fuyait, m'évitait comme la peste. Ce n'est qu'une impression, hein ? Enfin... Vint ensuite l'heure de confection des costumes, la pire, vu que je retrouvai seule puisque madame Kyu avait décidé de confectionner mon costume seule et qu'elle ne voulait que personne ne la voit avant le jour du spectacle. Je fis la maquette du dragon, qui ne fut pas une partie de plaisir, ni une chose de facile. Quant à la Tomate, bah, elle faisait son costume dans son coin sans même se soucier des autres qui avait des problèmes, moi par exemple. Je me suis écorchée un bon nombre de fois les doigts, jusqu'à en avoir les yeux emplis de larmes. Mal mal mal mal.... J'ai trop mal. Et puis je suis fatiguée en plus, ça n'arrange rien. Le soir, a lieu d'aller dîner, je remontai directement dans ma chambre et dormis toute la nuit encore, sans être dérangée ne serait-ce qu'une seule fois.

Cinquième jour...

Avant-dernier jour, cette mission horrible serait bientôt terminée et je pourrais enfin prendre des vacances loin, très loin d'ici. Me payer enfin une maison parce que vivre dans une auberge, c'est limite. Bref, toujours est-il que j’eus toutes les peines du monde à me lever et avoir le courage de m'habiller et de me coiffer. C'est malin de ne pas manger la veille, maintenant je suis affamée. Je descendis, après m'être lavée, habillée correctement et coiffée le moins ridiculement possible. Invoquer Nin' me coûtait des immenses efforts et manger devint alors une priorité. Pour une fois que j'avais envie de manger, c'est d'une rareté absolue. Après avoir récupéré l'énergie inutilement gâchée, je descendis au niveau de la scène. Kazuto n'était pas là pour une fois. Je l'attendis pendant au moins un quart d'heure avant qu'il n'arrive comme si de rien n'était. Je me retins donc de ne pas lui faire de commentaires désagréables. Bref, les dialogues n'avaient plus rien d'hilarant maintenant que tout le monde faisait la gueule. C'est mieux ainsi, comme ça on révise plus vite. Toute la journée, je dis bien TOUTE la journée, se passa sans un mot, hormis les dialogues que l'on révisait ensemble. Si on m'avait dit un jour que je serais aussi triste de me sentir aussi seule, je n'aurais pas cru cette personne. Jamais jusque-là j'avais eu la gorge aussi serrée par l'angoisse et la rancune.

Le soir revint, à mon grand soulagement. L'ennui, je déteste ça. Me sentir seule n'était pas rare, mais là, c'en était devenu presque angoissant. Peut-être qu'avant de perdre la mémoire, j'étais quelqu'un de complètement différent qui n'aimait pas la solitude, je ne vois que ça comme explication. Je n'arrivais pas à dormir, je me retournai sans cesse dans mon lit sans pouvoir fermer les yeux.  Stress, colère et mauvaise humeur. Froid aussi, mais c'est pas grave. J'allais être crevée demain, je le sens. Mauvais pour le spectacle. Tient, si j'allais emmerder la Tomate ? Ouais, c'est ça, je vais aller me venger tient, il va regretter de m'avoir dérangé à une heure tardive. Minuit vient de passer, parfait, je vais mettre mon plan à exécution. Je me relevai avec un petit sourire, pris une veste qui était au moins dix fois trop grande pour moi. Tant pis, j'ai pas envie de crever de froid.  J'ouvris la porte doucement, m'avançai dans le couloir sans bruit et frappa à la porte. Pendant un moment, je crus qu'il n'ouvrirait pas, mais au bout d'une dizaine de minutes, Kazuto l'ouvrit. Mon dieu, il est trop comique comme ça. Là, en face de moi, se tenait une Tomate à moitié endormie. Tordue de rire, c'est plus possible.

- Je te dérange pas j'espère... Puis-je savoir pourquoi tu m'ignores depuis deux jours ?

J'avais rien trouvé de mieux, mais c'est déjà bien. La vengeance est un plat qui se mange froid, n'est-ce pas Kazuto ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuto Kirigaya
Nouvelle recrue
avatar

Date d'inscription : 04/11/2013
Messages : 17
Jewels : 1000
Affiliation : Mage Solitaire
Rang : Pas de rang pour le moment ~

Fiche mage
Niveau: 10
Expérience:
0/1300  (0/1300)
Magie:

MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   Mer 5 Fév - 20:34

Kazuto ne prit finalement pas cher, et se leva lui aussi pour voir ces fichues caméras... Si y'avait bien une chose que le rouge détestait, c'était de se faire espionner, et quand il rentrerait dans sa chambre, il irait la fouiller et péter une foutue caméra si y'en avait une ! Une fois de retour dans la chambre, son interlocutrice répondit enfin a sa question.

- En fait, faut juste que tu lui parles normalement, comme tu parlerais à n'importe qui, à moi par exemple. Fais comme si elle était normale et tu seras tranquille jusqu'à la fin, la Tomate.

Il fallait donc juste s'adresser a elle comme a une personne normale ? Le solitaire avait tout intérêt a suivre ce conseil si il ne voulait pas finir torturé...

-Je vois...

Puis, Alice se mit a bailler, a moitié dans les vapes mais totalement shootée. Kazuto était venu très tard, c'est vrai, et il se disait que si il était venu plus tôt... Ah, ben voila, il s'y attendait, elle s'est littéralement endormie debout. Pris d'un élan de bienveillance, il la remit tans son lit, et remit ses draps sur elle, avant de quitter la chambre discrètement et d'aller d'aller roupiller tranquillement dans son lit a lui. Apparemment, lui aussi était assez crevé, car il s'endormit assez rapidement. Ce qui était marrant, c'était que Kazu n'avait même pas senti qu'il était crevé. Bref, il dormit vite, et bien, a tel point que le lendemain matin, il se réveilla sans trop de soucis, pour une fois. Puis, il remit ses habits habituels, qu'il lave tous les jours, avant de sortir dans le couloir, ou il y trouva Alice qui eut vite fait de détruire toutes ces caméras en une seule attaque, ce qui provoqua chez Kazu un air de soulagement, et un sourire car maintenant qu'il n'était plus espionné, il allait pouvoir faire l'idiot n'importe ou sans qu'on le sache, la liberté quoi.

Puis, il descendit en bas, et le nain avait l'air d'être en rogne mais comme pas possible, ce qui était très drôle a voir, car on aurait dit qu'il allait exploser... Ça aurait fait un idiot en moins, enfin bon, passons, après avoir fait son speech ha Alice, je me mis a rire, c'était tellement drôle de le voir ainsi... Ce qui l'avait encore plus foutu en rogne, car même Alice se foutait de lui, ce qui prouvait a tous l'autorité du nain. Il s'assit dans un fauteuil ou il examina la théière et la tasse en porcelaine, encore une preuve de la richesse du vieux, puis il se restreint de prendre du thé, car il sentait qu'il y avait un truc pas net dedans. Kazuto se disait qu'il n'avait pas besoin de le dire a sa coéquipière, qui devait sans doute l'avoir remarquée aussi. Mais sauf que elle commença a en boire, et elle fit une grimace de dégoût surement, preuve que le rouge avait raison sur ce coup. Bref, ne nous étalons pas sur le sujet.

Comme d'habitude, Kazuto arriva légèrement aux répétitions, cette fois-ci il se marrait du nain tout seul dans son coin, il avait l'air con a voire mais il s'en fichait pas mal. puis, la jeune fille invoqua une nouvelle fois son golem psychopathe, avant de répéter le texte normalement... Kazu ne pouvait s'empêcher de rire devant la débilité profonde de ce texte, mais aussi en repensant la tronche que tirait le nain... C'était si drôle a voir ! Puis, l'heure du déjeuner arrive, et le rouge avait bien faim comme il fallait... Il se décida donc a aller ranger les cordes qui traînaient par là. Mais, pendant que Kazu rangeait, quelqu'un le fit sursauter. Il se retourna vite pour savoir qui c'était et s'était Alice... Il se mit a avoir un léger rire, car comme on dit bah, les blagues les plus courtes sont les meilleures. Puis, elle lui proposa d'aller au restaurant... A vrai dire, tant qu'il pouvait manger, ça lui allait, car là, le rouge avait simplement faim. Puis, elle le tira dehors par la manche et se retourna, surement car Kazuto n'avait aucune réaction, ce qui était compréhensible car avec l'estomac dans les talons, il avait l'air d'un véritable zombie. Il haussa les sourcils sans savoir pourquoi d'ailleurs. Une fois arrivés au restaurant, la petite fille le lâcha dans le restaurant, ou il observa tout, les sièges, les tables... Les objets sur l'étagère en bois, ou il y aperçut... Un bouclier qui ressemblait énormément a celui de son père. Ceci le plongea dans ses pensées. Son père était donc passé par ici ? Mais, pourquoi il y a son bouclier ?

Puis, on lui demanda ce qu'il voulait manger... Kazuto ne fit pas son difficile et il prit simplement un bon gros steak saignant avec des pommes de terre et du fromage a la fin, pas plus banal me direz-vous ! Une demi-heure plus tard, et la nourriture arriva. Le rouge se mit a manger sans un mot, toujours totalement pensif, oui, c'est ce fichu objet qui l'avait mis dans cet état, que voulez-vous y faire ? Puis, Alice se mit a lui parler.

-Tu sais, je crois que Kyu t'aime bien...[EN COURS]

-Ça fait plaisir a entendre ça... Mais pour le moment, je suis concentré sur autre chose...

Kazuto ne se rendait même plus trop compte de ce qu'il disait. Puis, il se mit a légèrement rire, en pensant aux bons moments qu'il avait passé lors de son enfance profonde. Puis, une nouvelle fois, sa coéquipière se remit a lui parler.

-Ça n'a rien de drôle, crétin ! Tu dois te demander pourquoi je suis venue ici, hein ?

-*Hein, quoi, de quoi parle-t-elle...*Euh... Ouais

-En fait, ce matin, comme tu as pu constater par toi-même, j'ai cassé les caméras et le nain à commencé à s'énerver. Il a même essayé de me tuer avec le thé, tu te rends compte ?! Donc, pour éviter tout risque, puisque je suis sure qu'il a empoisonné le repas de ce midi, j'ai décidé de venir manger ici. Mais j'avais pas envie de rester seule, donc je t'ai pris en otage. Non, c'est pas vraiment un otage mais... Enfin je...

Kazuto écoutait le petit monologue sans trop savoir si il y faisait gaffe ou pas, mais l'épisode de ce matin avec le nain énervé le faisait toujours rire, certes, mais il se retint légèrement, qu'on ne le prenne pas pour quelqu'un qui se fout du monde voyez-vous. Puis, Alice se leva, laissa de l'argent et partit. Le rouge nota dans sa tête qu'il fallait la remercier quand il en aura l'occasion. Bref, une fois rentré, l'après-midi a été incroyablement ennuyante, avec ces prospectus et ces répétitions... Il fallait vite en finir !

Le lendemain, le nabot n'avait plus l'air énervé, dommage, c'était marrant a voir. Aujourd'hui, c'était peintures et costumes time ! La scène que Kyu avait peint avait laissé le rouge scotché sur place, c'est qu'elle avait du talent ! Le midi fut très calme, limite ennuyant, car en effet, j'évitais tout le monde, préférant rester au calme, toujours pensif au sujet du bouclier d'hier... Franchement, il est toujours comme ça quand c'est en rapport avec son père, qu'il essaie déjà de retrouver depuis quelques temps. Puis, vint la confection des costumes, ou Kazuto s'était isolé dans un coin de la pièce, et ou il confectionnait son costume en mode "je m'en fous des autres", car il voulait aller vite et bien, en plus d'être légèrement crevé. Le soir, il dîna assez vite avant de remonter dans sa chambre pour dormir.

Le cinquième jour commença bien, car Kazu s'était levé a la bourre. C'était plutôt idiot ça, il avait dormi comme un loir ce matin, pour une fois. Il se changea vite fait et il redescendit tranquillement en bas, avec au moins un bon quart d'heure de retard... Pour une fois, Alice était là avant lui. Bref, le rouge avait envie de vite en finir avec la mission, car franchement, les remarques du passe-partout l'énervaient mais il ne le montrait pas, et là il était a deux doigts de lui en coller une. La preuve, il ne parla pas de toute la journée, se contentant juste de travailler ses textes. Ennui, quand tu nous tiens !

Enfin bon, le soir revint, et le mage alla manger et dormir, tranquillement histoire de ne pas ressembler a un zombie lors du spectacle, qui était demain d'ailleurs. Soudain, a minuit passé, quelqu'un frappa a la porte, ce qui réveilla la rouge... Il mit au moins cinq bonnes minutes a se réveiller, puis encore cinq a trouver la lumière, a changer de tenue parce qu'il n'allait pas rester comme ça et a ouvrir la porte. Il devait surement avoir l'air shooté, et la personne qui l'avait dérangeait surement Alice, qui venait se venger, et il avait raison, c'était bien elle.

- Je te dérange pas j'espère... Puis-je savoir pourquoi tu m'ignores depuis deux jours ?

Il mit une bonne trentaine de secondes avant de comprendre la question et d'y répondre.

-Non, tu ne me dérange pas. Et en fait, c'est tout le monde que j'ignore depuis deux jours... En fait, tu vois au restaurant, y'avait un bouclier sur le meuble, et le bouclier était quasiment identique a celui de mon père lors de son départ y'a maintenant pas mal d'années, j'étais encore plus jeune que toi tu l'est actuellement ! Et depuis ben je reste perplexe là-dessus, limite a en oublier les autres. Bon, je sais que c'est un peu égoïste comme réaction mais m'en veux pas... Ah, et aussi, y'a le nain qui me saoule avec ses remarques. Et puis...


Kazuto créa une lame de matière noir, qu'il envoya directement se loger dans la dernière caméra du bâtiment qui apparemment, était planquée dans la chambre.

-...Je m'disais bien que quelqu'un m'espionnait. Enfin bref, maintenant, tu connais les raisons de mon silence !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]   

Revenir en haut Aller en bas
 
MISSION : Tous ce que t'aime [Kazuto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission] C'est pas facile tous les jours
» Joyeux noel à tous!
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tale :: Earthland :: East Fiore :: Oshibana-
Sauter vers: